Wasteland City

La premiere communautée Post-Apocalyptique !!!
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Wateland, mon histoire... V-Argent & abri, ah Boby quell

Aller en bas 
AuteurMessage
Frost
Admin
avatar

Nombre de messages : 124
Date d'inscription : 08/11/2006

MessageSujet: Wateland, mon histoire... V-Argent & abri, ah Boby quell   Lun 13 Nov - 10:11

CHAPITRE V : Argent & abri, ah Boby quelle tuerie !!!



A peine sorti du bar, que la chaleur étouffante du wasteland venait s’engouffrer dans nos poumons. Le type du saloon nous avait dit d’aller voir le marshal, mais avant nous avions décidé de faire un tour, histoire de voir à quoi ressemblait la vie sur cette nouvelle ‘terre’…

Les rues étaient gardées propres, les bâtiments étaient, sois des restes d’immeubles, sois des tentes improvisées…depuis bien longtemps d’ailleurs…

On rencontrai des junkys un peu partout, ainsi que des macreaus…dans ce monde, la drogue et les autres substance t-elle que l’alcool devait être comme une délivrance pour l’esprit des gens…une délivrance pour toute cette horreur et cette pression que c’est personnes vivent chaque jour de plus à vivre…d’un côté, je les comprends, mais noyer son corps de substances bizarres n’arrangera pas les choses, cela les plonge même dans un plus grand désespoir…même inconsciemment…mais après tout, c’est leurs choix…

En continuant, ont aperçus le restaurant, il était assez moche de l’extérieur mais très agréable de l’intérieur. Les fauteuils étaient en vieux cuir rouge, on à même l’impression de sentir encore cette odeur…cette odeur si particulière au cuir, ça sent le refermé, ou plutôt l’étouffé, mais ça sent bon, et les tables…bah…c’était des tables, des planche de bois ronde surélevé par quatre pied… !

Mais pour l’instant, la seul chose importante était de trouver ou dormir et de l’argent, ou plutôt des ‘caps’.

Pour ça nous sommes aller voir le vieux Bob à

l’épicerie :

« Boby vous salut.

- salut, nous cherchons un endroit ou dormir et un peut d’argent.

- oh de nouvelles têtes…

- et oui… et pour dormir…

- bah… vous savez le seul hôtel qu’il y a en ville est petit et il est plein… faut dire que deux chambres, c’est pas énorme…

- mince, comment on va faire ?

- Sinon je peut me débrouillé, j’ai un locale qui sert à rien à côté du magasin, il est pas trop petit, et la porte donne sur la rue, il faut enlever tous le bordel, un coup de balai et je vous le fil…contre du fric bien sur…

vous vous êtes pas des junky…

- Vous êtes sympas, mais comment on paye ?

- Hummm…je vois que vous êtes équipé…vous pouvez bosser pour moi, je vous payes et après vous me filez de quoi acheter le locale et pour l’instant je demanderai à Dickens un lit chez lui, il me dois un truc depuis un bout de temps et je sais pas quoi lui demander, autant l’utiliser pour la bonne cause… Ok ?

-pourquoi vous avez pas demandé à Dickens de faire vos job ?

- bah, c’est pas parce qu’il vends des armes qu’il sait s’en servir…

- Ouai, mais ce serrait quoi le job ?

- oh…un peut de nettoyage par-ci par-là. Dit-il avec un sourire en coin… ».

Le vieux Bob nous vendait sa ‘cabane’ pour 110 caps…pas très chère disait-il….

Lors du premier job, nous avions compris rapidement le terme ‘nettoyage’… il avait des problèmes avec un groupe à qui il avait fait crédit…on devaient débarquer chez eux, zigouiller tous le monde sauf leur boss, pour savoir ou il y avait du fric…après on en fessaient ce qu’on voulais…du mec bien sur…

Bob nous avait prévenu qu’ils n’étaient pas armés, que des barres et autres couteaux…

Sur ce coup là, nous avions gardé nos pieds de biche, c’est léger et efficace…vous savez, un coup dans les tripes, sa pardonne pas…



L’entrée fût fracassante, Stan, plus ‘carré’ que moi défonça la porte et se jeta sur le premier venu, il n’eu pas le temps de crier que stan lui planta son pied de biche en entre les deux yeux… je passa juste derrière et accrocha le second garde, quand je voulu le tirer avec mon pied de biche, la peau de son ventre s’arracha littéralement, se qui laissait apparaître son estomac…et d’autre truc aussi dégoûtant…

Ils étaient cinq, en contant les deux déjà charcutés et leur chef…mon pote mis un grand coup de poing au troisième, ce qui l’envoya valser contre le mur. Emporté par l’adrénaline, je mis un gros coups de boule au quatrième…il loucha, resta béat et s’écroula comme une planche… stan lui, énervé par les cri du gars au boyaux apparent, lui shoota la tête, se qui le fit taire…

leur chef, resta sans vois, et tétanisé par se qu’il venait de voir nous demanda ce qu’ont voulaient, on lui expliqua pour qui on venait… il écarta les yeux et hurla « ce vieux papy, jamais, jamais », déçu par cette réponse, Stan prix un couteau d’un des garde, et lui coupa le doigt, il cria et nous supplia,on lui redemanda ou était l’argent… il refusa encore de nous le dire, stan lui coupas cette fois deux doigt, la, il n’hésita pas, il nous à dit toute suite ou il cachait son fric… épuisé par cette baston, nous décidions de le laisser en vie, mais il ne devait plus remettre les pied chez le Vœux bob… le gens sont bête des fois, perdre trois doigts pour un peu de fric, à croire que ces années à ne rien faire leur à ramolli le cerveau…



Un mois était passé, les jobs se suives et se ressembles, et enfin, le locale était à nous. Nous pouvions enfin commencer à faire des ‘travaux’ dans la cabane survivor, c’est comme ça qu’on la surnommait… pourquoi ? Comme ça, on trouvait ce nom cool.

Pour aménager l’endroit nous nous servions à ce qu’il appelait, le ‘sert à rien’, une décharge d’objet divers qui comme leurs nom l’indique, ne sert plus à rien, du moins plus beaucoup.

Ont se débrouillaient pour trouver des truc encore potable… des objet en métal, du bois, enfin tous ce qui pouvaient nous servir…

Comme c’était un locale, il n’y avait pas de fenêtre, pour ça, un trou dans la façade et un vieux morceau de pexiqlace allait très bien, Dickens nous avait donné deux restes de matelas, c’est sympa quand même, et comme on dit c’est le geste qui conte…

A croire que l’arrivée de nouvelles personnes dans un endroit paumé, change la vie des gens…moi je comprend pas, ont à l’air normale pourtant, ont avait pas mis nos combinaisons… comme si il attendait quelque chose de nous…



A suivre…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://postapo.darkbb.com
 
Wateland, mon histoire... V-Argent & abri, ah Boby quell
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les Grandes Citations
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes
» Page d'histoire: Tiresias Augustin Simon Sam, president.
» Blog de Marc Bazin: Combien d'argent pour «sauver» Haïti ?
» Dossier Corruption 2:L'ONU et l'argent vole par JC Duvalier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wasteland City :: Images, videos, musiques... :: Litterature-
Sauter vers: